L’illustrateur collabore ave l’auteur ou l’auditeur. Il transforme les textes en dessins. Comme son nom l’indique, il illustre notamment des livres de jeunesse ainsi que des ouvrages scolaires. A cet effet, il peut travailler pour une agence de presse ou de publicité.

Que fait l’illustrateur ?

Dans une maison d’édition, l’illustrateur travaille avec l’auteur tout en respectant son texte, ainsi qu’avec le directeur artistique. Ce dernier lui confie l’exécution du cahier des charges établi à l’avance. Il doit respecter le code couleur, les formats, les typographies, mais surtout les délais de livraison. Bien qu’il y ait la contrainte des consignes, l’illustrateur peut généralement se servir de sa créativité. Il peut se charger de toutes les pages d’un ouvrage, surtout pour un album de bandes dessinées, ou uniquement celle de la couverture. Pour effectuer des illustrations multiples, il doit considérer les découpes qui matérialisent les espaces destinés aux dessins dans le texte. Pour la page de couverture, il dispose par contre d’un grand format pour mettre la meilleure illustration visuelle du titre. Toutefois, il propose des esquisses ou encore des crayonnés avant de les colorer sur une table à dessin ou un pc doté d’une palette graphique.

Quelles compétences pour être illustrateur ?

En tant qu’illustrateur, il faut maîtriser le dessin et la peinture. En effet, il utilise plusieurs techniques de dessin sur papier telles que l’encre, le feutre, le pastel, le gouache, le crayon et l’acrylique. En outre, il faut savoir manipuler les outils informatiques et quelques logiciels spécifiques comme Photoshop ou Illustrator. A l’origine, les illustrateurs travaillaient seuls dans leur maison ou un atelier. De nos jours, ils se regroupent dans un local en tant que travailleurs indépendants et partagent leurs moyens techniques, documentation et matériel. La plupart d’entre eux ne sont pas du tout salariés. Ceci étant, ils doivent savoir se vendre et trouver des commandes. A ce titre, ils doivent bien soigner leur « book » en le mettant à jour de manière régulière. Cela leur permet de présenter leurs meilleurs dessins aux clients potentiels. De nombreux illustrateurs sont autodidactes. Mais, il est recommandé de suivre des cours artistiques ou de graphique. Pour un bac+3, il y a le DNMade graphisme ou le DNA avec option communication. Ceux qui veulent poursuivre jusqu’en bac+4 ou bac+5 peuvent envisager d’obtenir un diplôme de DSAA ou DNSEP.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *